Une réflexion sur “Suave errance